Agriculture Durable

L’Agroécologie au Burkina avec Terre et Humanisme

L’agroécologie est vivante et se développe au Burkina Faso : en témoigne la rencontre à Betta, à 60 kms de Ouagadougou du 16 au 20 février 2015, d’une centaine d’agroécologistes et d’organismes de coopération venus du Burkina, du Mali, du Niger, du Togo ou du Bénin, à l’initiative de l’ONG française Terre & Humanisme, pour échanger leurs expériences et réfléchir à une stratégie de diffusion de l’agroécologie à l’échelle de la sous-région.

agroécologie1

Voir en Pdf : « L’agroécologie essaime en Afrique de l’Ouest », un article du journal Le Monde de Caroline Lefebvre qui relate cette rencontre.
Voir aussi : Le compte-rendu des rencontres de l’agroécologie au Burkina Faso du 16 au 20 février 2015, publié par Terre & Humanisme.

Terre & Humanisme

est une association présidée par Pierre Rabhi, très active dans le domaine des formations et des soutiens, de rencontres et d’échanges avec leurs partenaires qui se développent dans différents pays dont le Burkina. Ses partenaires au Burkina Faso : AIDMR,  APAD-SanguiéAVAPAS, Béo Néré ; au Mali : U A V E S et A&D (Agroécologie et Développement) ; au Togo : AREJ – Action Réelle, sur L’environnement, l’Enfance et la Jeunesse
Voir : Terre & Humanisme au Burkina.
« Depuis la première formation d’animateurs qui a eu lieu en 2011, la dynamique agroécologique s’est considérablement renforcée et prend de l’ampleur…45 animateurs avait ainsi été formés en 2014, des formations régulières sont dispensées en divers points du pays [le Burkina Faso], et des milliers de paysans sont touchés par les programmes développés par nos partenaires ». 

3 vidéos témoins de la vitalité de l’Agroécologie au Burkina et dans la sous région

  1. Burkina Fas’Au Vert (52:00),Terre & Humanisme OFFICIEL, publiée le 15 mars 2016,
    rend compte des rencontres de 2015 à Betta
  2. Sampieri, un choix, l’agroécologie (22:31), publiée en 2011. Sylvain KOROGO, Président de l’AVAPAS, un des pionniers du développement de l’agroécologie au Burkina y présente le développement du Cenre de formation de Sampieri (Kantchari commune, province  de Tapoa)
  3. La bande annonce : Les semences prennent le maquis (2:59) qui  nous fait partager la détermination des agroécologistes africains et affirme l’engagement commun qui unit les agroécologistes au-delà des frontières…Réalisation/écriture : Nathanaël Coste et Marie Gabeloux

But, principes et  objectifs de l’agroécologie

 « Basées sur la formation et l’autonomie, les approches diffèrent beaucoup d’un acteur à l’autre » estime Adama Tiégoum, coordinateur de l’association UAVES-CAPROSET (basée au Nord Mali)  mais toutes
prônent une agriculture familiale qui se développe en améliorant les sols
et essaiment par formations sur le terrain.
Ses domaines : au départ plus axées sur l’ agriculture maraîchère elles s’élargissent aux agricultures vivrières, l’arboriculture et l’élevage. En perpétuelle recherche, à travers ses différentes structures, l’agroécologie continue à expérimenter toutes sortes de techniques qui améliorent les rendements, tout en régénérant les sols et en économisant l’eau.
Les axes fondamentaux de ses techniques sont :

  • Production de compost aérobie et autres techniques de fertilisation
  • Cordons pierreux, zaï, diguette et autres techniques de lutte anti-érosive
  • Lutte biologique et traitements phytosanitaires naturels
  • Associations et rotations de cultures,
  • Reboisement, pépinière et arboriculture
  • Défense, protection, conservation de la variété des semences locales paysannes

Les principaux acteurs de l’agroécologie  au Burkina Faso affiliés à Terre et Humanisme

agroécologie2

  Carte de Terre & Humanisme.
(Cliquez sur la photo pour la lire en plus grand)

 AIDMR (Association Interzones pour le Développement en Milieu Rural) agit principalement dans le Plateau Central, dans le département de Ziniaré.
Ell a un site de production, de démonstration et de formation aux méthodes et techniques agroécologiques, le centre de Tang-Zougou, dans le village de Betta, à 30 kms de Ziniaré qui  est devenu depuis quelques années le grand rendez-vous des agroécologistes de la sous-région.
L’association, née en 2001 mais active depuis 1995, est coordonnée par Ablacé Compaoré.
Ses domaines : les agricultures hivernale et maraîchère – l’élevage

AVAPAS (Association pour la Vulgarisation et l’Appui aux Producteurs Agroécologistes au Sahel). Existe depuis les années 90, présente dans 8 régions du Burkina Faso et présidée par Sylvain KOROGO, un « ancien élève » de Pierre Rabhi. Se développe dans la Région du Centre, Province de Kadiogo, Village de Kamboincé….
Elle fait un très gros travail en vue de créer des formateurs :
AVAPAS et Sampieri
En 2004, trois paysans de Sampieri ont reçu une première formation aux techniques agroécologiques à Kamboincé auprès de l’AVAPAS. A leur retour, ils ont mis en application ces enseignements sur un champ pilote. L’amélioration des rendements, observée par tous les paysans du village, en a incité un grand nombre à rejoindre ce programme et se sont organisés en groupement et des formations locales ont été mises en place avec l’appui de l’association Loos N’GourmaSampieri est géré par le groupement Fiimba
AVAPAS et l’APAD-Sanguié
En 2008 Sylvain KOROGO a initié à l’agroécologie Sam Tokoro BACYÉ qui est devenu le responsable de l’APAD-Sanguié.

  • Contact:
  • Président : Sylvain B. Korogo
  • Tel : (00226) 76 47 05 50
  • E-mail : avapasb2000@yahoo.fr

Voir : « L’agro-écologie, au delà des pratiques agricoles, est une éthique de vie » (pdf), un très riche entretien avec Sylvain KOROGO, président de l’AVAPAS, réalisé par la FENOP (Fédération Nationale des Organisations Paysannes) le 28 mars 2014.

AGED (Association pour la Gestion de l’Environnement Durable) association qui s’est constituée officiellement en 2003. Présente dans la Région Nord  et vers Koupéla.
Particularité : s’intéresse depuis son existence à la sécurisation foncière de tous les acteurs ruraux et agit sur les aménagements agro-sylvo-pastoraux

Beo Neere Agroécologie (“Avenir meilleur” en mooré). L’association Béo Néeré a été créée en 2013 à partir de l’expérience d’une autre association, AGED qui existait depuis 2003. Elle est présente dans les zones de Ouagadougou, Ouahigouya, Kaya et Koupela.
Voir plus de renseignements dans notre article : Beo-Neere Agroécologie
Elle semble plus orientée vers la culture maraîchère.

APAD-Sanguié (Association pour la Promotion d’une agriculture Durable). Elle se développe dans la Région du Centre Ouest, Province du Sanguié, dans les villages autour de Réo. L’association, coordonnée par Sam Tokoro Bacyé, a vu le jour en 2012.
Elle possède une ferme pédagogique d’un hectare, non loin de Koudougou, près de Réo, consacrée à la démonstration des techniques agroécologiques.
Voir plus de renseignements dans notre article  : L’agroécologie avec l’APAD-Sanguiè
Elle développe des formations entre autres, composts, zaï, demi-lune… sur :

  • La lutte intégrée en agriculture : traitements bio, association et rotation des cultures
  • L’élevage semi-intensif : modèle agroécologique
  • La production de pépinière d’arbres, greffage, marcottage et reboisement
  • Les enjeux de la semence : semence locale, hybride/améliorée, OGM – Droit de Propriété Intellectuel et Brevet. Production de semence potagère en agroécologie

 Voir Burkina Faso : la relève agroécologique pour l’autonomie des paysans (Pdf), un article de  Claire Eggermont, paru dans Kaizen magazine, le 11 juin 2015, qui décrit l’historique et les activités de l’APAD et donne largement la parole à Sam Tokoro Bacye.

agroécologie3

Yelemani  (Association pour la promotion de la souveraineté alimentaire), créée en 2009.
Son site d’expérimentation agroécologique se situe à Loumbila, proche de Ouaga, sur la route de Ziniaré. Ils font un gros travail autour du maraîchage.

ADTAE (Association pour le développement des techniques agro-écologiques) :  Semble se développer sur Kokologho.
ADTAE a été créée en 1990, dans la perspective de contribuer à la recherche des solutions pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso. L’ADTAE s’est fixée pour objectifs de protéger, sauvegarder et reverdir l’environnement, de former et soutenir les producteurs pour une augmentation qualitative et quantitative de la production agricole (végétale et animale), d’améliorer, d’augmenter et protéger la fertilité des sols par des méthodes naturelles, et de soutenir la promotion sociale et économique des femmes par les activités régénératrices de revenus.

L’ UAVES – CAPROSET (au Nord Mali).
L’ UAVES (Union pour un Avenir Ecologique et Solidaire) est en réseau avec plusieurs structures du Burkina Faso dont l’AVAPAS  et les associations françaises : Ka Hagna, Terre & Humanisme, Homéopathie Solidarité. Elle a mis en place le CFAT, le Centre de Formation en Agroécologie de Tacharane, à 25Km au sud de Gao sur la route internationale Gao-Niamey.
Elle est présidée par Adama Tiégoum.
Le CAPROSET (Centre Agroécologique de Production de Semences Tropicales) a été créé en 2006, à l’issue d’un projet initié par 4 associations : l’UAVESTerre & Humanisme, GIE Zeyra (groupement local de Tacharane qui signifie « Végétation ») et Kokopelli (association française de diffusion de semences paysannes).
L’association est présidée par Mahamadou Souley
Leur site : U A V E S – CAPROSET
Ils sont co-organisateurs avec Terre & Humanisme et AIDMR de séminaires de formation sur les semences paysannes et l’agroécologie, qui ont lieu régulièrement au centre de formation de l’AIDMR à Betta, Burkina Faso – depuis 2011
La spécialité de CAPROSET : les semences
Défense, protection, conservation de la variété des semences locales paysannes face aux semences hybrides/améliorées, OGM.

Pour commander des semences, ou pour faire appel à de la formation,
Contact :

  • Le coordinateur du CAPROSET,  Adama TIEGOUM
  • Tel : (00223) 21 82 05 35 – (00223) 76 08 79 79 – (00223) 76 10 85 06.
  • E-Mail : caproset@yahoo.fr

Voir le compte rendu très riche du séminaire de 2011  :  L’Autonomie semencière et la sauvegarde des variétés traditionnelles (en Pdf)

Voir aussi d’autres acteurs agroécologistes burkinabè

Pour ATAD (Alliance Technique d’Assistance au Développement), à Kaya et son Centre de Formation et de Promotion Agro Sylvo Pastoral et Artisanal à Luda (près de Kaya) qui a reçu ses premiers stagiaires  en octobre 2014 et qui soutient aussi une unité d’extraction d’huile de balanites, dans le village de Satembila, (commune de Tougouri dans la Province du Namentenga)
voir
 notre article Autre Terre

Ceux pour lesquels nous avons fait des articles spécifiques dans notre rubrique Agriculture Durable de BurkinaDoc :

Voir aussi :
Une alimentation équilibrée en brousse est possible au Burkina Faso
Arbres de brousse et sécurité alimentaire au Burkina Faso

Mil’Ecole – Article revu Août 2018