Agroécologie Afrique de l’Ouest
Bénin

ORAD et la ferme Tchaoun Fora (ou Tchaou Forad)

(Organisation des Ruraux pour une Agriculture Durable)

Au nord du Bénin, ORAD et la ferme-école Tchaoun Fora situés dans la région de Djougou travaille à trouver de vraies solutions durables.
Fondée en 2009, l’association ORAD (Organisation des Ruraux pour une Agriculture Durable) est composée d’agriculteurs du hameau (autour de 45 adhérents). Le siège social d’ORAD est à Kpayêroun (10 km à l’Est de Djougou)
Son président Omer AGOLIGAN
  est aussi président de SYNPA/Synergie paysanne, le syndicat national des paysans. Il est membre du COASP (Comité Ouest-Africain des Semences Paysannes) pour défendre et promouvoir les semences paysannes. Très actif pour la défense de l’agriculture paysanne, il intervient dans beaucoup de colloques et formations comme par exemple à la 4ème édition de l’Agro Boot Camp organisé par Les Jardins de l’Espoir (voir notre article).

La ferme-école Tchaoun Fora
L’absence de forage bloque son fonctionnement en saison sèche (cultures hors saison, maraîchage). Avec la traction bovine, ils cultivent en saison hivernale essentiellement l’igname, le manioc, le niébé (haricot africain) et le sorgho et développent leurs recherches notamment sur le niébé.
Quelques remarques intéressantes  qu’Omer donne :
L’association bénéfique Sorgho-niébé-gombo : le niébé couvre le sol et le gombo arrive à maîtriser les nuisibles du niébé : quand les insectes viennent attaquer le niébé, ils préfèrent le gombo et le sorgho profite de l’azote du niébé »
En avril 2017 la ferme a renforcé ses capacités d’accueil par la construction d’un internat de 8 stagiaires pour les formations en agroécologie d’ORAD et de SYNPA/Synergie paysanne.
L’association ORAD agit au niveau du hameau, mais de plus en plus de personnes sont intéressées par sa démarche et elle est considérée comme un point focal en agroécologie dans la région

ORAD_Omer_AGOLIGAN_05
ORAD_Omer_AGOLIGAN_13

(Cliquer pour agrandir l’image)

ORAD_Omer_AGOLIGAN_07
ORAD_Omer_AGOLIGAN_12

Historique
La ferme de Tchaoun Fora (qui signifie la ferme de la lumière en langue locale Yom)
a été créée en 1996. Elle pratiquait alors l’agriculture conventionnelle.
 En 2009 Omer AGOLIGAN en tant que représentant du SYNPA/Synergie paysanne, Syndicat national des paysans du Bénin, a participé à la foire des semences paysannes de Djimini (Sénégal) et suivi la caravane pour l’autonomie semencière composée de paysans venus de toute l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Togo, Niger, Bénin, Gambie, Guinée Bissau) et de France qui a sillonné le pays sur 600 km jusqu’en Casamance. A partir de là, suite aux échanges et informations qu’il a pu avoir, il a quitté l’agriculture conventionnelle.
Durant ces foires les échanges ont permis de démarrer la construction de réseaux ouest africains de semences paysannes en agroécologie.
Voir un article de BEDE : Foires et bourses d’échange de semences paysannes en Afrique de l’Ouest
Voir aussi notre article : Les Foires Ouest-Africaines de Semences Paysannes 

ORAD et son engagement pour la protection des semences paysannes
Depuis Omer AGOLIGAN est un ardent défenseur des semences paysannes et du droit des paysans, un militant :
« Le paysan sans semence n’est pas un paysan, nous l’appelons « ouvrier agricole », sans la semence il n’a rien ! La Semence est le premier maillon de la chaîne alimentaire. Un agriculteur qui ne peut pas produire ses propres semences va disparaître sous la pression des industriels. Nous devons former, sensibiliser nos collègues paysans à l’autonomie semencière, à l’agroéologie et à la gestion durable de nos ressources. Les semences paysannes sont rustiques et s’adaptent mieux aux changements climatiques »
ORAD a organisé un réseau local de conservation des semences : chaque paysan d’ORAD a à sa charge la culture et la conservation d’au moins une variété traditionnelle et constitue avec les autres une case de semences paysannes.
Voir un article de BEDE : Les Cases de semences en Afrique de l’Ouest, un concept qui se sème et se cultive
En décembre 2013, une bourse des semences a été organisé par ORAD au hameau de Kpayéroun. Elle a permis de montrer toute la diversité de sorgho, niébé, igname maintenue et valorisée par les communautés paysannes de la région.

ORAD_Omer_AGOLIGAN_11
ORAD_Omer_AGOLIGAN_10
ORAD_Omer_AGOLIGAN_09

La lutte pour la défense et la propagation des semences paysannes traditionnelle n’est pas facile, leurs défenseurs deviennent hors la loi comme en Europe.
Malgré le refus de SYNPA/Synergie paysanne, le Syndicat national des paysans, le Bénin avec les pays de l’Afrique de l’ouest a adhéré en 2014 à l’UPOV 91 par le biais de l’OAPI (Organisation africaine de la propriété intellectuelle). L’UPOV, c’est la privatisation des semences par les grandes entreprises garantissant à l’agro-chimie des rendement élevés aux dépens des écosystèmes
Cette adhésion interdit toute vente et développement des semences paysannes traditionnelles, donc empêche leur conservation. (Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau ouest africaine tenue le 15 février 2019 à Cotonou)
Voir notre article : UPOV et COV – La privatisation des semences par les grandes entreprises liées à l’agro-chimie

ORAD et sa participation à la recherche sur la gestion des maladies du niébé
A l’Atelier Francophone sur les Approches de la Recherche et du Développement par et avec les Producteurs (Ouagadougou), ORAD a choisi la thématique de la gestion des maladies du niébé (vigna unguiculata, variétés précoces et tardives)
Il s’agit d’un engagement conjoint de l’ORAD et de l’association BEDE (Biodiversité : Échanges et Diffusion d’Expériences) débuté en 2014 pour une recherche-action pour la production du niébé en agroécologie paysanne au Bénin. Il se poursuit depuis. Les deux associations ont organisé un espace d’échange de savoirs entre paysans engagés dans ce dispositif “Laboratoire Hors Murs” et le professeur Amadou COULIBALY, enseignant à l’IPR/IFRA de Katibougou (Koulikoro, Mali).
Voir : Expérimentations paysannes sur la culture du niébé en agroécologie paysanne au Bénin, en collaboration avec un chercheur entomologiste malien

Omer et le Professeur COULIBALY, agroécologiste et entomologiste, ont fait un inventaire des insectes ennemis et amis du niébé.

ORAD_Omer_AGOLIGAN_01
ORAD_Omer_AGOLIGAN_03
ORAD_Omer_AGOLIGAN_02
ORAD_Omer_AGOLIGAN_04

Voir aussi la fiche-synthèse détaillée de ce travail de recherche, réalisée par BEDE en 2015 : Lutte agroécologique contre les ravageurs des cultures de haricot katché et toura (niébé) dans  la région de Djougou (Bénin)
En juillet 2017, une formation pour renforcer le dispositif de recherche-action sur la culture du niébé en agroécologie paysanne a été animée par le Professeur Coulibaly. La formation a réuni 17 participants dont plusieurs relais animateurs paysans de Béo-neere, APAD, AIDMR du Burkina Faso avec l’appui de Terre et Humanisme.
 Voir : Formation sur la gestion des ravageurs en agroécologie paysanne dans le Nord du Bénin (juillet 2017)

CONTACTS ET LIENS
Facebook Omer AGOLIGAN 
Facebook ORAD  

Coordonnées GPS de la ferme école Tchaoun Fora  9.68196 1.83304
Facebook Synergie Paysanne/SYNPA Syndicat National des Paysans
Tel de SYNPA : (+229) 61 78 92 05
Rappel, voir aussi nos articles sur BurkinaDoc de Mil’Ecole :
–   UPOV et COV – La privatisation des semences par les grandes entreprises liées à l’agro-chimie 
–   Les Foires Ouest-Africaines de Semences Paysannes

Voir aussi sur notre site BurkinaDoc de Mil’Ecole, les rubriques :
Techniques agroécologiques et ressources agricoles au Sahel
Rubrique qui recense les articles sur des Techniques agroécologiques et ressources agricoles,  expérimentées par des centres agroécologiques du Burkina Faso et la sous-région
Voir nos autres articles sur l’Agroécologie au Bénin et aussi au Mali, au Burkina Faso en Côte d’Ivoire et au Togo

Mil’Ecole – Mai 2020