Rewild.Earth _13

Agroécologie Niger

Rewild.Earth

Reverdir le Sahel avec des espèces locales en semis-direct

Rewild.Earth _13

Avec ses plantations d’espèces indigènes résilientes, Rewild.Earth invente une voie de convivialité pour réconcilier « être humain et nature » à travers “Wild Perennial Crops (WPC) » (culture des plantes vivaces et sauvages) dans un système global couvrant gouvernance, économie, écologie, santé, culture et éducation, pour revaloriser et restaurer les plantes nutritives indigènes et par suite les sols
Rewil.Earth a été créée en 2015 par Arne Victor Garvi, le fondateur de Eden Foundation active à Tanout au Niger depuis 1987 et qui a mis au point la méthode du semis-direct (voir notre article).
Ainsi Rewild.Earth bénéficie de plus de 35 ans d’expérience en développement international, en amélioration sociale des populations, en restauration et préservation des sols, en inventions technologiques appropriées, en prises de conscience environnementale, en méthodes de recherche et en mises en réseau mondial des connaissances
Ses activités au Niger se situent autour de Zinder où se trouve sa station de recherche, à Aroungouza (25 km de Zinder) à Maradi et à Diffa
Rewild.Earth se développe en partenariat étroit avec Sahara Sahel Foods, entreprise sociale crée par son fils Josef Garvi qui travaille à valoriser des aliments issus d’une vingtaine d’arbres indigènes du Niger.
Voir nos articles : 
–   Sahara Sahel Foods : développer des aliments commercialisables à partir d’arbres indigènes du Niger.
–   Arbres de brousse et sécurité alimentaire au Niger : présentation de 20 arbres autochtones du Niger au potentiel nutritif.

Rewild.Earth _18
Rewild.Earth _19
Rewild.Earth _20

Sa philosophie

En Occident, les évolutionnistes en sont venus à assimiler progrès technique et civilisation et à penser qu’il permet aux peuples de devenir plus humains.
Les peuples du tiers monde ont des valeurs et des priorités différentes. Ils voient leur trésor dans le tissu des relations humaines qu’ils entretiennent et pour eux le temps n’a pas toujours valeur d’argent.
L’homme aujourd’hui ne contrôle pas son environnement et ne le maîtrise pas. Il doit écouter et rester humble. Il doit écouter les peuples et écouter ce que les plantes ont à nous dire à propos de leur potentiel pour résoudre le problème des famines dans le Tiers Monde
Voir beaucoup plus en anglais : Rewild.Earth, contexte  by Arne Victor Garvi, 1987

Ce que Rewild.Earth fait 

Stimuler la culture des plantes vivaces sauvages du monde dans une banque de graines vivantes pour :
1 – Inciter les populations locales à cultiver naturellement les plantes vivaces sauvages de leurs milieux de vie
2 – Promouvoir les récoltes durables issues de ces plantes vivaces sauvages
3 – Développer des méthodes et des technologies pour la transformation des produits récoltés à partir de ces espèces pérennes sauvages
4 – Établir un réseau de distribution pour les plantes vivaces sauvages

Procédé de plantation des espèces indigènes
Le semis direct (ou ensemencement direct)

Planter des graines d’espèces locales sans irrigation, sans fertilisants (naturels ou chimiques), ni pesticides dans des zones sahéliennes qui reçoivent seulement 225 mm de pluies suivies de 8 mois sans pluie par an, et où il fait 45°C durant 3 mois.

Réalisations sur terrain d’essai de semisdirect
(Exemple en 2018)

Sur environ 1 ha enclos, (pour les protéger des troupeaux) ils tracent divers carrés avec leurs diagonales séparés les uns des autres.
Dans un carré ils ensemencent plusieurs graines de la même espèce aux différents points
mais chaque carré est ensemencé d’une espèce indigène différente.
Ceci pour obtenir une diversité d’espèces dans le reverdissement. L’ensemencement se fait dès le tout début de la saison des pluies.
Ils surveillent les germinations chaque semaine durant 20 semaines …Le tout est scrupuleusement identifié et noté

Rewild.Earth _02
Rewild.Earth _03
Rewild.Earth _15
Rewild.Earth _06

43 espèces, sur 300 parcelles, 30.000 graines ont été semées pour leur Test Direct de Semis (DST)
en 2018

Comptes rendus d’expériences

Etapes de travail sur le terrain : Préparation pour le « Semis direct » au village (en2018)
Comme la méthode de semis direct qu’Arne Garvi a conçu, ne nécessite pas d’irrigation, pas d’engrais ni de pesticides, il est donc essentiel de saisir le bon moment pour le semis.
Un travail d’équipe avec les villageois
Chaque jour, nous avons vérifié avec les villageois sur le terrain les conditions de pluie localement pour évaluer le temps opportun pour semer.
Pour assurer un maximum de succès, l’équipe s’est rendue sur le terrain pour préparer les choses pour le grand jour.
Avec les conseils d’Arne Garvi, tout le monde a trouvé sans effort son propre endroit et sa tâche pour travailler d’une manière organique. Au bout d’un certain temps, l’efficacité est au rendez-vous.

Rewild.Earth _07
Rewild.Earth _14
Rewild.Earth _05

Préparation du terrain
Ajuster la profondeur des outils de semaille, remplir les parcelles de terre, définir les parcelles en doublant les fils, aligner les parcelles avec des grilles nouvellement conçues, déblayer plus de terrain et se remonter le moral avec un cri.
L’équipe est très débrouillarde dans la recherche des matières premières en ville pour produire des solutions / outils personnalisés qu’Arne a conçus pour répondre aux conditions locales.

Campagne d’ensemencement en « semis direct » d’arbres locaux à Diffa en 2016
Les villageoises ont été très contentes de commencer à apprendre comment développer les plantes vivaces et sauvages qui les entourent.
Elles utilisaient les arbres uniquement comme bois de feu.

Rewild.Earth _10
Rewild.Earth _11
Rewild.Earth _12
Rewild.Earth _09

Cependant depuis qu’elles peuvent fournir noix et fruits à Sahara Sahel Foods elles se sont rendues compte de la valeur de ces aliments et ont pris conscience de l’importance que ces arbres pouvaient avoir pour leur qualité de vie.

Production de semences d’arbres locaux et commercialisation

En plus de ses activités de reverdissement du Sahel, Rewild.Earth met en vente des semences d’essences forestières et fruitières locales, soigneusement collectées, biologiquement traitées, avec des instructions d’usage détaillées sur chaque enveloppe.
Lien excel
vers La liste des semences de 85 arbres forestiers et fruitiers disponibles de Rewild.Earth
avec leur nom scientifique, leur nom français et en langues locales du Niger : Hausa ou Haoussa / Djerma ou Zarma/ Fulfuldé / Tamacheq / Kanuri et leur prix qui varient entre 400 et 1000 F selon les essences.
Toujours en développement et expérimentation, Rewild.Earth a élargi sa sélection à 92 espèces vivaces indigènes testées dans son Direct Seeding, en 2019

Dans la liste, on ne trouvera pas de semences du Boscia senegalensis disponibles, arbre pourtant si riche en graines consommables, c’est parce qu’elles ont une très courte durée de conservation. Il faut les cueillir de l’arbre et les mettre au sol dans l’espace de quelques jours. Donc impossible de les stocker dans des enveloppes. Quand la graine sèche, elle meurt.

(Cliquez sur les images : La liste des semences ouvre sur une image plus grande, lisible,
Les autres images ouvrent sur un  diaporama (Pdf) de « Semences et germination »)

Rewild.Earth _01
Rewild.Earth _04
Rewild.Earth _16
Rewild.Earth _08

Son partenaire – Sahara Sahel Foods – vend des enveloppes avec ces semences soigneusement collectées par Rewild.Earth et biologiquement traités, avec des instructions d’usage détaillées sur chaque enveloppe.
« Si vous voulez semer n’attendez plus. A chaque début de saison des pluies vous pouvez semer ou planter des espèces forestières du Niger vous-même dans votre jardin, dans la rue devant votre maison ou dans votre champ ».

CONTACTS ET LIENS

Rewild.Earth
Arne Victor Garvi,
Chief Executive Officer
– Adress :
BP 273, 7000 Zinder, Niger Republic
– Telegram/WhatsApp :
(+227) 93 25 62 18
– Tel :
(+227) 89 82 95 93
– Skype:
avgarvi
Email : info@rewild.earth
Facebook Rewild.Earth
Site Rewild.Earth
www.linkedin.com/in/arnegarvi

Site Eden Foundation

Partenaire Sahara Sahel Foods
Tel : (+227) 20 51 26 07
Email : info@saharasahelfoods.com
Facebook Sahara Sahel Foods
Site Sahara Sahel Foods
Commandes de produits Sahara Sahel Foods :
Par email : vente@saharasahelfoods.com /  info@saharasahelfoods.com
–  Par tel : (+227) 93 84 74 58 ou (+227) 93 84 74 56

Pour voir nos articles dans BurkinaDoc de Mil’Ecole sur :
L’agroforesterie au Niger
(zones de Zinder) :
–  Sahara Sahel Foods 
Développer des aliments commercialisables à partir de 20 arbres indigènes du Niger
–  Rewild.Earth 
Reverdir le Sahel nigérien avec des espèces locales forestière et alimentaires en semis-direct
–  Le semis-direct : méthode adaptée aux terres sableuses
Planter des arbres locaux au Sahel sans arrosage durant la saison sèche 
–  Arbres de brousse et sécurité alimentaire au Niger
Présentation de 20 arbres autochtones au potentiel nutritif

L’agroforesterie au Burkina Faso (dans les régions centrales) :
–  Arbres de brousse et sécurité alimentaire au Burkina Faso
Présentation de 20 arbres autochtones que les populations de ces régions utilisent pour se nourrir
–  Le puits racinaire : méthode adaptée aux terres latéritiques
Planter des arbres locaux au Sahel sans arrosage durant la saison sèche
–  Tiipalga
Des actions de mise en défens et de Régénération Naturelle Assistée (RNA)
–  L’APAF au Burkina Faso
Leur méthode est de développer la plantation d’arbres fertilisants locaux dans les champs cultivés
–  Arbres fertilitaires et champs agroforestiers avec l’APAF
Le choix des arbres fertilitaires locaux et leur implantation dans les champs cultivés
–  Le périmètre bocager au Sahel
Méthode agro-sylvo-pastorale d’aménagement des terres sahéliennes : basée sur des haies vives entourant les champs cultivés et des arbres dans l’axe des champs et le creusement de banca pour piéger l’eau de pluie

L’agroforesterie dans les régions forestière du sud de l’Afrique de l’Ouest
– 
APAF-Togo  –  APAF-Côte d’Ivoire
Développer les cultures en reconstituant la forêt dégradée
–  Arbres fertilitaires et culture multiétagée en zone forestière avec l’APAF
Méthode pour allier cultures et forêt

Mil’Ecole – Décembre 2020