— Éco-Développement —

Des entreprises et des activités diverses, dynamiques et novatrices qui tirent parti des ressources propres au Burkina Faso et tiennent compte des particularités de la vie sociales des populations en vue de leur développement

Collecte, tri, recyclage des déchets solides : opérateurs techniques, gestion des villes, expériences de valorisation
Une nécessité, un énorme besoin, des projets récents aux mains des communes qui s’appuient aujourd’hui sur un travail de fond solide, continu du CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer) et qui gagnent du terrain très petit à petit.
Des unités de valorisation artisanales inventives mais fragiles qui peinent à trouver des débouchés

Pour éliminer les maladies transmises par les eaux de surface, en particulier le ver de Guinée (dracunculose). L’accès à l’eau potable au Burkina Faso ne serait que de 56 % en milieu rural et 75 % en milieu urbain selon les données de pS-Eau et les agences de l’eau

Dans leur très grande majorité (74,9 %), les ménages au Burkina Faso ne disposent d’aucune forme de toilettes et ce chiffre monte à 88,1 % en milieu rural où, de plus, la difficulté d’approvisionnement en eau n’a jamais favorisé la pratique du « laver les mains ».

Concilier tradition et modernité tant du point de vue  architecture, technique des matériaux que social. « Toute construction au village est un travail collectif »

Le Centre de tri a fait de l’achat, du tri et de la revente de la friperie un cadre d’emploi de femmes et d’hommes marginalisés et sans qualification. Travail régulier. Salaire décent et mutuelle santé.

La petite algue verte miracle qui peut lutter efficacement contre la malnutrition. Le climat du Burkina se prête parfaitement à sa culture. Depuis 2001 les fermes se sont développées sur tout le territoire grâce à de nombreuses ONG et l’implication de l’état.