Défendre le lait local en Afrique de l’Ouest
Des campagnes pour sensibiliser et pour comprendre
.

En Afrique : le lait local 3 fois plus taxé que le faux lait en poudre importé, pas d’étiquetage clair sur la composition des laits sur le marché, des populations mal informées, des politiques qui laissent faire, des campagnes pour que ça change.

Defendre_le_lait_local _08
Defendre_le_lait_local _09
Defendre_le_lait_local _10
Defendre_le_lait_local _11

« Mon lait est local »

Mon Lait Est Local est une campagne régionale de défense et de promotion du lait local, mise en place par une large coalition composée de plus de 55 organisations y compris des organisations paysannes d’éleveurs et d’agriculteurs, de consommateurs et consommatrices, de chercheurs et chercheuses, d’ONG, de mini-laiteries et d’industriels locaux. Cette campagne est soutenue par des ambassadeurs de renommée internationale et est active dans six pays : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, et le Tchad.
Depuis 2018, à l’initiative de l’ONG OXFAM, une pétition (voir) a été lancée par la campagne « Mon lait est local » pour pousser les chefs d’État de la CEDEAO à agir et à protéger ce secteur vital de l’économie. Réclamer à nos gouvernements de s’engager à :

Mon-lait-est-local-Logo

–   Accompagner les actrices et acteurs du secteur laitier local afin qu’ils deviennent plus résilients face aux effets de la pandémie à Coronavirus et du changement climatique sur le long terme;
–   Mobiliser le financement pour la mise en œuvre de la Stratégie et du Programme Prioritaire d’Investissement de l’offensive lait ;
–   Relever les taxes d’importation des produits laitiers importés ;
–   Prendre des mesures ciblées d’exonération de TVA sur le lait local ;
–   Renforcer la transparence de marché – y compris sur les mélanges de poudres rengraissées avec des huiles végétales et par l’étiquetage sur l’origine et la teneur en lait ;

–   Conditionner les investissements étrangers à des obligations de collecte de lait local ;
–   Utiliser les nouvelles recettes fiscales pour soutenir le développement de la filière lait local.
2020 Un premier pas encourageant, est que la CEDEAO a défini la stratégie régionale d’une offensive lait local assortie d’un premier Programme Prioritaire d’Investissements. Mais nous avons besoin de votre appui pour faire pression sur ces décideurs.
Mai 2021 La stratégie visant à protéger le lait local dans la région n’est toujours pas financée par la CEDEAO et ses Etats membres alertent les organisations paysannes.
Voir
 :  le Communiqué de presse

Defendre_le_lait_local _12
Defendre_le_lait_local _07
Defendre_le_lait_local _06
Defendre_le_lait_local _13

« N’exportons pas nos problèmes »

En Afrique comme en Europe, les éleveurs se mobilisent pour défendre et développer leurs filières locales
La campagne portée par SOS Faim, Oxfam solidarité Belgique, Oxfam France, Vétérinaires sans frontières, CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale), l’European Milk Board et Mon lait est local souhaite sensibiliser les citoyens aux enjeux autour de cette filière et dénoncer la surproduction de lait dans l’Union européenne qui nuit gravement aux éleveurs africains ET européens. Des solutions alternatives équitables, justes et cohérentes existent. Ensemble, nous allons les porter haut et fort !
Une vidéo toute simple pour comprendre comment les industriels européens arrivent à appauvrir les producteurs de lait en Europe et à empêcher le développement du lait local en Afrique .

Leurs recommandations aux politiques :
–   Adopter des mesures de gestion de l’offre de la production laitière européenne en cas de crise pour éviter la surproduction structurelle et conjoncturelle
–   Mettre en place des relations commerciales équitables entre l’Union Européenne et l’Afrique
–   Soutenir les filières locales africaines via une politique de développement cohérente.

Voir :
–   Le résumé campagne lait / avril 2019
Surproduction de lait : ici et ailleurs, les éleveurs boivent la tasse.
–   Vitalait et Vivalait, c’est pas du lait
Les analyses des laits en poudre réengraissés aux huiles végétales révèlent : pas de vitamine D et une présence anormale d’acide gras « trans » (Trans 9 et Trans 11) d’origine industrielle, dont la consommation n’est pas recommandée.
WebinaireSoutenir la filière lait local en Afrique de l’Ouest  – 2 décembre 2021
L’AFD (Agence Française de Développement) et le CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale), en partenariat avec Mon lait est local et N’exportons pas nos problèmes, vous invitent au webinaire : « Soutenir la filière lait local en Afrique de l’Ouest » Jeudi 2 décembre 2021 de 11h à 13h et de 14h à 16h (heure de Paris).

Au Burkina – 72 h lait local –

Instituées depuis 2015, les 72h du lait local se veulent un cadre de promotion du lait local et un plaidoyer pour des politiques favorables aux acteurs de la filière lait au Burkina, selon l’UMPL/B (Union nationale des Mini-laiteries et des Producteurs de Lait au Burkina) organisateur de l’évènement
–   Foire d’exposition ventes et dégustation du lait et produits laitiers
–   Atelier de concertation et de partage d’expérience
–   Construction des messages de plaidoyer
–   Rencontre d’échange avec les autorités
–   Interview avec les médias
–   Campagne publicitaire
Le thème de l’édition 2021 :  «Quelles stratégies pour une bonne prise en compte de la filière lait local dans l’Initiative présidentielle : Assurer à chaque enfant en âge scolaire au moins un repas équilibré par jour». L’aspect intégration du lait local dans les cantines scolaires sera notamment au centre des échanges «Cette initiative est «une réponse concrète à la concurrence déloyale du lait en poudre importée mais également, une source de débouché commercial pour les mini-laiteries et les producteurs de lait local», s’est réjoui M. Diallo.
Communication de l’état des lieux de la filière Lait Local :
«En 2020, un million 300 mille litres de lait ont été collectés et transformés par les laiteries membres de l’UMPL /B, pour un chiffre d’affaire de 927 millions de FCFA», a déclaré lundi son président Ibrahim Adama Diallo. D’autre part il a précisé que l’UMPL/B qui compte 80 membres, emploie 490 permanents et a créé 1470 emplois indirects.

Defendre_le_lait_local _02
Defendre_le_lait_local _04
Defendre_le_lait_local _03
Defendre_le_lait_local _01

Rencontre avec APESS avec  Zahara et kadiatou Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour : la transformation du lait local, l’hygiène dans la collecte du lait, l’aménagement des zones de pâtures, le renforcement de capacités des différents acteurs, les difficultés à surmonter, les défis à relever, les opportunités à saisir, la vision des unes et des autres sur l’avenir, ainsi que la question d’une taxation très forte du lait en poudre en provenance de l’Etranger
Rencontre avec AFDI (Agriculteurs Français et Développement International) en provenance de Normandie et Auvergne, partenaires techniques et financiers, et avec le père Maurice Oudet, pionnier de la défense du lait local au Burkina : faire le point sur la situation liée au partenariat et à la collaboration, échanger sur les opportunités, les défis actuels et enjeux de l’heure. l’AFDI appuie financièrement l’UMPL/B pour aider des mini-laiteries à acquérir l’autonomie énergétique et ne plus être tributaires de l’absence ou de coupures d’électricité. En sécurisant la chaîne du froid en aval de la transformation, elles seront en capacité de livrer au-delà du marché très local.
Remises symboliques de dons
Remise des kits au représentant des écoliers par M. Hervé Zoungrana, SG du Ministère des Ressources animales et halieutiques… Et de kits à 80 mini-laiteries par Monsieur Omer Kaboré, Directeur Pays OXFAM Burkina Faso à l’occasion de la cérémonie d’ouverture
Intégration d’un nouveau membre, l’association POTAL a été acceptée comme membre de l’UMPL/B, la première condition non négociable pour intégrer l’Union étant la transformation exclusive du lait local.
Un plaidoyer  : Les acteurs veulent servir du lait local dans les cantines scolaires 
Pour les recommandations, l’UMPL/B veut une prise en compte des mini-laiteries dans la fourniture du lait pour les cantines scolaires, un allègement du système d’octroi des marchés publics aux laiteries, une facilitation dans l’accessibilité des institutions de contrôle qualité.
Voir 2 articles du Faso.net :
–   mardi 26 octobre 2021 : 
7e édition des 72 heures du lait local : L’Union nationale des mini-laiteries et producteurs de lait local au Burkina annonce les couleurs
–   samedi 30 octobre 2021 :
7e édition des 72 heures du lait local : Pour l’intégration du lait local dans toutes les cantines scolaires