— Éducation — 

Au Burkina 74 % des plus de 15 ans sont encore analphabètes et la scolarisation en primaire a du mal à atteindre 50 % des enfants.

Le droit à l’éducation fait partie d’une des 8 priorités du millénaire pour le développement. Il est indéniable qu’un gros travail se fait au Burkina dans ce domaine, avec l’aide de multiples ONG et les institutions internationales. Mais la visibilité statistique de l’amélioration se heurte à l’accroissement très rapide de la population.

L’éducation c’est aussi les formations professionnelles. Mil’Ecole vous présente des Centres de formation au Burkina vraiment intéressants.

Remarquable Centre de formation technique pour filles au Burkina Faso. Domaines de formation : Mécanique 2 roues – Electricité automobile – Tôlerie-peinture carrosserie automobile – Electronique et maintenance audiovisuelle – et Coupe-couture à Ouaga et à Koudougou.

Un centre de formation aux métiers de la forge, de la soudure et de l’agro-mécanique à Sakoinsé, commune rurale de Kokologho pour jeunes déscolarisés de 15 à 22 ans, issus du milieu rural.

Des liens récents sur les questions d’éducation au Burkina Faso, l’aide internationale au financement, des statistiques : Bâtiments scolaires, équipements, enseignants, formation, scolarisation, niveaux atteints, alphabétisation, bilinguisme, au niveau national et par régions…

L’enseignement bilingue au Burkina Faso est en développement. Parti d’un programme d’alphabétisation des adultes, il gagne très lentement l’enseignement formel primaire.

Au Burkina Faso actuellement, les établissements scolaires se doivent d’accepter les élèves  jusqu’à l’âge de 16 ans mais un manque total d’établissements et de places dans les collèges les font bien souvent stagner dans les CM2

Pour les écoles primaires, ils sont gratuits. Créés à l’époque de Sankara, ils sont adaptés au contexte culturel du Burkina Faso. Le ministère fait un gros effort pour les fournir. Mais il y a un gros problème de conservation pendant l’hivernage spécialement en brousse.Pour le secondaire des fascicules édités par Faso-Lives peuvent vraiment aider.

Au Burkina Faso, pour chaque école primaire existent une association de parents d’élèves (APE) et plus récemment (les premières ont été crées en 1992) une association de mères éducatrices (AME).

Destinés aux agriculteurs du Burkina Faso qui suivent (ou ont suivi) une formation d’alphabétisation : Revues, Almanach, Fiches techniques, Livrets.

Aider fondamentalement sans écraser avec nos moyens-gadgets si ahurissants pour des enfants de brousse. Un cahier, un crayon, un bic, un livre ! y sont choses si rares ! Le parrainage d’enfants n’est pas chose facile à mettre en place. Notre association Mil’Ecole l’assure dans un Centre d’accueil maternel. D’autres associations très sérieuses le permettent pour des enfants de primaires et en collège.