— Agriculture Durable —

Sustainable Agriculture  –  Nachhaltige Landwirtschaft

Des recherches et des expérimentations se développent au Burkina Faso pour améliorer l’agriculture dans le respect des populations et des terres fragiles du Sahel qui voient la saison des pluies se raccourcir. Elles sont le fruit d’une réelle coopération Nord-Sud par le biais de diverses associations.

Ces méthodes développées sur le terrain peuvent aider d’autres agriculteurs burkinabè : exploitations à visiter, échanges et formations pratiques.

C’est un ensemble de champs. Mis au point par le réseau TERRE VERTE,  cet aménagement et ces techniques permettent de restaurer les terres dégradées et d’augmenter durablement de 100 à 200% les rendements en piégeant l’eau de pluie dans les champs

Recette de Mahamadi Sorgho, directeur de la ferme pilote de Goéma au Burkina Faso avec des ingrédients courants et sans intrant chimique.

Une technique  mise au point par TERRE VERTE – GREEN EARTH – GRUNE ERDE  qui plante plusieurs dizaines de milliers d’arbres et arbustes chaque année au Sahel.

Pour soigner ou soulager les maladies les plus communes, SEDELAN propose des recettes simples à partir des plantes du Burkina Faso.

Les pays sahéliens offrent une variété suffisante de plantes pour composer des repas équilibrés. Bien souvent c’est  leur insuffisance ou leur caractère saisonnier qui provoquent les carences alimentaires.
(Sahelian countries have a sufficient variety of plants to provide a balanced diet)
(Die Sahel-Länder haben ausreichende Vielfalt an Pflanzen, die eine ausgewogene Ernährung zu schaffen)

Ces arbres sont les piliers de la survie des Burkinabè, ils en vivent : arbres nourriciers (feuilles, fleurs, fruits), arbres soignants, arbres fertilisant les sols,  arbres à palabre, bois de chauffe, bois d’œuvre… Une vingtaine d’arbres de brousse présentés en diaporama avec leurs produits vendus au marché et en notice leur nom scientifique et leurs utilisations par les paysans burkinabè
(Bush trees are essential to the survival of Burkinabe farmers. See 20 slideshows of bush trees, their  scientific names and their use)
(Busch Baüme sind für das Überleben der Burkinabe Bauern wesentlich. Siehe 20 Diashow von Busch Bäume,  ihren wissenschaftlichen Namen und ihren Verwendungen)

Pour une agriculture vraiment durable au Burkina Faso et au Sahel : Améliorer d’une manière significative la production des céréales à la saison des pluies. Et ceci en enrichissant durablement les sols. Une association de 10 villages. La ferme-mère du réseau TERRE VERTE
(Improve significantly the production of cereals in the rainy season while sustainably improving the soil.)
(Die Produktion von Getreide in der Regenzeit deutlich verbessern und gleichzeitig nachhaltig die Verbesserung des Bodens.)

Au nord du Burkina Faso, à 10 km de Ouahigouya, en pays sahélien. La ferme de Filly a 7 ans. Sa mise en place débute en octobre 2007 sous la direction de Pamoussa SAWADOGO en relation très étroite avec la ferme pilote de Guiè. Fait partie du réseau TERRE VERTE.
(Pilote farm Filly located north of Burkina : Huge bullis (ponds) and bunds are built to keep rainwater.)
(Die Pilotfarm Filly liegt nördlich auf Burkina : Riesige bullis (Teiche) und kleine Dämme sind gebaut um Regenwasser zu lenken)

Près de Kaya, une autre  ferme pilote du réseau TERRE VERTE, elle a la particularité de recueillir les semences locales qu’elle développe dans ses champs et jardins d’essai.

Cet établissement privé, conçu un peu à l’image des « internats d’excellence » français, promotionne, par la pratique, l’agriculture en développant avec les élèves une petite ferme pilote de 10 ha, selon les techniques agricoles de la ferme pilote de Guiè. Chose rare au Burkina où le métier d’agriculteur est considéré comme dégradant et comme le produit de l’échec scolaire !

Association pour la promotion de l’agriculture biologique au Burkina Faso.
Au Burkina pour les Burkinabè l’équipe du CNABio travaille activement afin de mettre à disposition de tous les acteurs les informations concernant l’agriculture bio et agroécologique.
Leur devise : « Partageons nos connaissances ».

L’ARFA, un des pionniers au Burkina, s’efforce depuis 1995 d’aider les producteurs locaux dans l’Est et le Nord du Burkina par des formations pour améliorer leurs rendements agricoles avec les techniques de l’agroécologie

Un Groupement d’Intérêt Economique (GIE) du Burkina pour la production et la distribution de produits pour la fertilisation organique des sols et la protection écologique des cultures. Elle travaille en étroite collaboration avec ARFA (Association pour la Recherche et la Formation en Agroécologie)

Elle se développe à travers le Burkina Faso sous l’égide d’une multitude de structures  AIDMRAVAPASAPAD-SanguiéBéo NééréADTAE, AGED, ATADYelemani, entre autres…et Le CAPROSET (Centre Agroécologique de Production de Semences Tropicales) bien que situé au Nord-Mali.   Toutes utilisent les techniques agricoles initiées par Pierre Rabhi avec Terre & Humanisme.

Soutient l’agroécologie, l’assainissement et le développement durable au Burkina Faso avec ses partenaires burkinabè CNABio ATAD, Le Baobab, Asmade, APIL, AJADD et AJSFB

Burkina Vert est une ONG burkinabé basée à Ouahigouya, elle œuvre dans la Région Nord du Burkina Faso. Avec le soutien de divers associations, belge « Afrique au cœur » et suisses « Belmont Kéra douré » et « Yam pouiré »   elle y travaille à développer des pratiques agroécologiques et soutient des communautés villageoises.

Au Burkina, le coût et les difficultés de déplacements les rendent prohibitifs pour la population paysanne. L’APAD-Sanguié est une ferme-école qui développe l’agroécologie. Très proche de Koudougou, elle offre aux agriculteurs environnants une possibilité d’acquérir les techniques de l’agriculture durable.

La pratique de la Régénération Naturelle Assistée (RNA) est une technique qui consiste à protéger les jeunes arbres de la coupe et du piétinement des animaux et autres risques. L’ONG NewTree (Suisse) et l’association Tiipaalga au Burkina Faso travaillent en étroite collaboration et développent au Burkina Faso un programme Tiipaalga d’agroforesterie

Débutée au Togo, la mise en place de champs agroforestiers s’étend au Burkina Faso depuis 2004. Leur méthode est de développer la plantation d’arbres fertilisants dans les champs

Des recherches appliquées très proches des paysans pour des solutions alternatives à la dégradation de l’environnement et des formations

Améliorer l’élevage bovin, la filière lait, développer l’apiculture, aider les paysans dans la gestion de leurs activités et l’autonomie financière. APIL est soutenue par l’ONG Autre Terre

« PROMMATA-Burkina » à Komboincé  la fabrique et offre des formations à son utilisation

Soutenue par Le Relais-Emmaüs au Burkina Faso, Wend Puiré est une fédération d’apiculteurs chargée de la valorisation de la filière apicole. Elle dispense formations, appuis et commercialisation.

Organisme de solidarité internationale, Afdi appuie plus de 60 organisations paysannes des pays du Sud dans les projets qui leur sont propres pour faire de l’agriculture familiale une agriculture viable, économiquement et socialement, tout en préservant les ressources naturelles.

Reverdir le Sahel est un travail minutieux. L’histoire et les méthodes de Yakouba ont été largement plébiscitées grâce à son passage au Congrès de Washington en 2009. Le Nord du Burkina est parsemé de ces entreprises qui reverdissent le Sahel, à la « daba » ! Mais bien peu d’aides financières internationales ont suivi.